Travailler sur la « streetphotography »

La « street photography » ou photographie de rue est un type de photographie sur le vif qui s’inscrit dans une approche humaniste de la photographie : il s’agit de s’intéresser sur des scènes de vie (personnes dans la rue, instantanés du quotidien, scènes décalées, moments intimes…). La « street photographie » parce qu’elle contribue à dresser un portrait du quotidien n’est pas loin de la photographie sociale (documentaire) et du reportage, même si la démarche n’est pas immédiatement informative.

Les plus grands noms associés à la street photography sont : Henri Cartier-Bresson, André Kertecz, Robert Doisneau, Willy Ronis, Izis, Vivian Maier.

Un certain nombre de clichés de Lucien Hervé peuvent rentrer dans cette catégorie.

Le photographe de rue est avant tout un observateur, mais la rapidité nécessaire pour « shooter » (to shoot = tirer) son sujet a souvent aussi conduit à la comparaison avec un chasseur :

  • il peut ainsi repérer une « proie » qu’il va suivre : un homme avec un costume intéressant, une personne avec un chien, un cycliste, etc…. Il s’agit de le suivre pour trouver le contexte, la scène dans lesquels ces personnes deviendront intéressants
  • c’est ce contexte qui peut s’imposer : un jeu d’ombre et de lumière, un mur, une architecture, etc…. Il va falloir alors attendre qu’un bon sujet se présente dans ce contexte.
  • la dernière stratégie du chasseur photographe, c’est de se promener à l’affût de ces petites choses du quotidien et de ces scènes ordinaires qui peuvent revêtir un caractère étonnant, incongru, amusant, etc…

L1000792b

A faire avec les élèves : 

  1. Confronter à des images afin de leur donner quelques références visuelles : visionner des images des auteurs précédemment cités et faire réfléchir à ce qui a pu intéresser à chaque fois le photographe dans la scène captée.
  2. Mettre les élèves en situation d’observateur :
  • dans la cour, au moment de la récréation, un groupe d’élèves est chargé d’observer les camarades, et de les photographier –> enjeu = essayer de produire un cliché décalé
  • dans la rue, se poster à un endroit stratégique qui offre un « contexte intéressant » et attendre le sujet (afin de faciliter la prise de vue, il peut être possible d’avoir un pied et de préparer le cadrage – ensuite les élèves attendent leur sujet) –> enjeu = créer une scène par la mise en contexte.
  • dans la rue, suivre une personne et la photographier dans différents contextes –> enjeu = créer une scène par la mise en contexte.

Dans tous les cas > présenter ensuite le cliché à la classe en expliquant son intérêt : il est important d’avoir un regard critique sur l’image et en parler à distance du moment de la prise de vue permet de s’affranchir du plaisir ou de l’impression positive retenue au moment de celle-ci et de voir dès lors si l’image « parle d’elle-même ». 

Education aux média : la question du droit à l’image. 

 

Publicités