Photographie et mise en scène

Dès 1840, le photographe français Hippolyte Bayard s’était lui-même photographié pour une de ses épreuves sur papier salé : il s’était photographié dans le rôle d’un noyé. « Rôle » ? La photographie a toujours eu un rapport (plus ou moins affirmé par certains auteurs) avec l’univers du théâtre, le sujet photographié devenant personnage d’un décor, que celui-ci soit celui d’un réel non-maîtrisé ou d’un réel organisé pour les besoins de l’image.

La photographie et la mise en scène ne sont en tout cas pas une nouveauté, même si la photographie contemporaine a beaucoup exploré cette approche.

Dans l’édition 2018 des PHOTOfolies, 2 séries exposées s’inscrivent très clairement dans cette écriture photographique qui consiste créer une scène en décidant de ce que sera le décor et de ce que feront les personnages et de fixer cette scène dans le cadre de la prise de vue. Et créer une scène, c’est commencer à écrire une histoire. Autrement-dit, la mise en scène photographique, c’est l’affirmation du pouvoir narratif de l’image, et en l’occurrence de la photographie.

Série de Bruno BLAIS : 

A faire avec les élèves : 

  • Sur l’une des deux séries, faire décrire les élèves ce qu’ils voient (dans les deux séries il s’agit de scène inattendues, incongrues, bizarres)
  • A partir de cette description faire produire à l’élève un récit possible : ce qui s’est passé avant ? les paroles ou les pensées du « personnage » ?
  • A partir de ces exemples, créer une mise en scène décalée : réfléchir en groupe de 4 élèves à un déguisement et un décor inattendu pour mettre en place de l’incongruité.
  • Autre approche : réfléchir à un message à faire passer et penser une mise en scène qui permette de faire passer ce message (exemple de campagne : http://www.fondation-abbe-pierre.fr/nos-actions/sensibiliser-au-mal-logement/tous-concernes-et-tous-acteurs-la-nouvelle-campagne-de-la-fondation-abbe-pierre )

La mise en scène photographique peut aussi entrer en écho par sa dimension narrative avec le roman – photo, il est donc possible de faire découvrir ce genre particulier et de le faire pratiquer par les élèves, d’autant que la mise en oeuvre est assez facile :

A faire avec les élèves : 

  • A partir de magazines divers, découper des personnages, éventuellement des éléments de décors, et créer une chronologie à travers des parties de texte narratives et/ou des dialogues
Publicités