Photographier ou peindre ? (vers l’abstraction)

Avec la « découverte » de la photographie couleur (et de ses diverses techniques – qui sont d’ailleurs en réalité aussi anciennes que la photographie elle-même), la photographie a retrouvé un champ de possibilités dont nombre d’auteurs ont su s’emparer.

D’abord pour essayer de renouer avec une forme de « réalisme » dont certains pouvaient se sentir éloignés par la forme monochrome du noir et blanc, ensuite pour explorer le langage de la couleur : ainsi la photo couleur va devenir une enjeu de création pour la photographie. Autrement-dit, la photographie va s’emparer du langage des couleurs pour en faire le cœur de l’intérêt plastique, et non plus un simple élément annexe.

On peut ainsi considérer qu’il y a une expressivité de la couleur en tant que telle.

En cela, la photographie renoue, sans renoncer à ses spécificités, avec la peinture. Pour ne donner qu’un exemple réducteur, on peut ainsi mettre en parallèle une photographie très picturale et un tableau

A faire avec les élèves : 

(cliquez sur chaque image pour l’agrandir)

  • Relevez les points commun dans le sujet, les éléments composant l’image
  • Montrer en quoi les couleurs dans les deux cas sont un élément important du « plaisir » de l’image

A faire avec les élèves :

A partir du travail d’Eric Forey :

  • Prendre des exemples d’escaliers et faire exposer aux élèves leurs sentiments / impressions à partir des couleurs

(Pour les élèves de collège, il est possible de demander une production écrite assez spontanée et libre à partir de l’image)

  • Confronter les points de vue et essayer de montrer comment les couleurs sont connotées voire pleines d’un potentiel symbolique.

 

A partir du travail de Jacques Mataly :

 

A faire avec les élèves : jeux de prise de vue 

  • Faire prendre des photographies qui combinent deux couleurs, puis 3 couleurs (l’intérêt est de conduire l’élève à exercer un regard en quête d’associations susceptibles de créer un effet plastique)
  • Analyser les images produites en montrant ce que chaque photographie met en avant : suivant ce que les élèves auront photographié, graphisme particulier, effet de texture, de matière, etc…
  • Cette approche de la photographie est une porte d’entrée intéressante parce que facile vers l’évolution de la peinture figurative vers la peinture abstraite (on ne rentrera pas dans le détail des débats autour des concepts de peinture non figurative et abstraite)  :
  • prendre un tableau de Monet qui tend vers l’abstraction et essayer de faire deviner le titre –> présenter d’autres formes d’abstraction plus ou moins fondées dur le langage des couleurs
  • Mise en pratique : travail plastique d’association de couleur avec comme enjeu un résultat non figuratif.

 

 

 

 

 

Publicités