Découvrir Jacques MATALY

www.espritsnomades.com

Extrait du catalogue :

Seul, avec elle seule, le photographe a le temps. Celui d’attendre la vague. Celle du temps qui passe et qui revient, égal. Celui d’attendre la ligne. A l’intérieur de ce temps là. La ligne ! Elle sépare aussi. Les masses : l’eau et le ciel, la blancheur grisée des nuages et le clair bleuté de l’écume des vagues, le temps d’en haut et celui d’en bas.

Du calme à la tempête, le photographe a le temps. Celui de voir. Puis de savoir ce qui, dans sa boîte à contenir le regard, va peu à peu devenir juste. C’est dans cet adjectif, simple autant qu’essentiel, que règne la force des images de Jacques Mataly. Dans le juste qu’elles opposent à l’agitation désordonnée et arbitraire des masses, au creux
du temps qui en ce monde nous est alloué. Le juste, indispensable à la perception que nous tentons d’avoir des œuvres d’art, car détenteur d’un élan qui nous porte à l’identification. A rejoindre en notre éphémère condition, puisque le temps, on le sait ne passe pas ! Il est. Dessinant une ligne sans fin, entre deux ciels qui s’inversent.

Michel Dieuzaide

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s